Promoagv  
My Afrique du Sud 2016
My Afrique du Sud 2016 : folies animalières au Limpopo
Afrique du Sud
My Afrique du Sud 2016
Des souvenirs magiques plein la tête ! Lundi matin, le retour à Paris sous un beau soleil d’hiver avait de quoi mettre un peu de baume au cœur aux onze invités de cette sixième édition « My Afrique du Sud ». Derrière eux, rendus à leur savane, les singes caractériels, les lions lascifs, les graciles impalas ou les rhinos lubriques continueraient de ravir les visiteurs de la réserve Kapama.
My Afrique du Sud 2016

Nous avions laissés les aventuriers du Limpopo suspendus à un fil au-dessus des abimes ou barbotant dans les eaux fraiches des rapides de la Letaba River. La suite du voyage allait être moins sportive mais entièrement animalière, exception faite de la visite au Kaross Craft & Café. Une ancienne grange d’une plantation d’agrumes muée en atelier-boutique et gérée par une association qui transforme les dons artistiques de milliers de femmes de la région en produits, broderies typiques et colorés, coussins et sacs aux motifs inspirés. De quoi faire chauffer les cartes bancaires de la majorité féminine du groupe… Juste avant, alors que certains avaient encore un peu de mal à émerger d’une nuit agitée autour de la piscine du Tzaneen Country Lodge, le bus avait fait halte à la Velvet Monkeys Foundation. Face noire et poil luisant, le « singe de velours » peut se montrer agressif envers les humains. Certains détestent les hommes et d’autres les femmes. Les primates ne font donc pas de discrimination… L’avertissement était donné par une jeune volontaire espagnole qui travaille, avec des dizaines de bénévoles, à la réintégration des singes dans la nature après qu’ils fussent recueillis, blessés ou orphelins. Une visite au pas de course, sinon de fuite, car il fallait bien deux heures de route pour rejoindre la réserve Kapama et son arche de Noé.

Nous allions passer une paire de jours en compagnie de rangers atypiques, version africaine de Laurel et Hardy, en blanc et noir: Brian, le colosse afrikaner à l’humour absurde, et Andries, l’Africain mince, discret et hilare. La douzaine de véhicules de brousse alignés devant l’entrée du Kapama River Lodge laissait craindre le pire, d’autant qu’une foule cosmopolite se pressait pour embarquer… Pourtant, comme par magie, nous ne croisâmes que très peu de concurrents pour immortaliser l’accouplement d’un lion et de sa femelle du moment, la traque de quatre lionnes en quête d’un phacochère pour le déjeuner, le simulacre de combat de deux girafes mâles dans un ballet millimétré, les bains de boue de trois rhinocéros adeptes, semble-t-il, de plaisirs solitaires, chacun sur sa souche d’arbre…  Ou encore, des troupeaux d’éléphants qui broyaient sans vergogne les arbres du bush, faisant semblant d’ignorer notre présence, à moins qu’une matriarche, oreilles écartées, ne dissuade les intrus de s’avancer trop près d’un éléphanteau. Une vraie diversité peuplée d’oiseaux, d’antilopes, de zèbres, de buffles et même d’une hyène discrète s’aventurant, la nuit tombant, près des 4X4 et du groupe d’invités sacrifiant au sacro-saint apéritif du soir.

Sur les 13000 hectares dédiés à la vie sauvage, des lodges confortables et élégants accueillent les voyageurs. Une visite dans chacun d’eux permis aux invités à My Afrique du Sud d’évaluer la capacité d’accueil du site et de juger des tarifs rendus attractifs par la baisse du Rand, la monnaie locale. Une opportunité que Gabriel Taher, le directeur de l’OT en France, se plut à souligner lors d’une présentation formelle, détaillant les multiples facettes de la destination. L’occasion  aussi pour Sandrine Cadène, représentant SAA, de donner les dernières informations sur la compagnie. Une séance de travail également mise à profit par Marie Wilcox du XO Africa pour présenter l’offre du réceptif et par l’assureur du voyage, Boris Reibenberg, pour expliquer les missions du groupe Présence qu’il préside.

Il reste encore trois régions de l’Afrique du Sud à découvrir et déjà, l’Office du Touriste, promoagv.com et XO Africa travaillent à faire de la prochaine opération « My Afrique du Sud » une réussite. Un vrai challenge car cette année, la barre a été placée très haut !


Patrick Lopez

 

My Afrique du Sud 2016

 

 

My Afrique du Sud 2016

 

 

My Afrique du Sud 2016